Intolérance à l’histamine : causes, symptômes, traitement

1 semaine de menus pauvres en histamine

Abonnez-vous à mon infolettre et recevez ces menus en cadeau.
Vous recevrez aussi des conseils nutrition santé exclusifs que je ne partage pas sur ce blog.

Vos données personnelles sont collectées, utilisées et traitées conformément à notre Politique de confidentialité.

Reflux, ballonnements, gaz, accompagnés de maux de tête, migraines, nausées, malaises ou vertiges ? C’est peut-être une intolérance à l’histamine. En voici les causes, les symptômes et le traitement.

Qu’est-ce-que l’histamine ?

L’histamine est une amine, molécule fabriquée dans nos cellules immunitaires à partir d’un acide aminé essentiel, l’histidine. C’est une substance qui est bénéfique pour notre organisme.

L’histamine joue un rôle dans les processus inflammatoires et allergiques de l’organisme. Elle est fabriquée par les globules blancs et stockée dans les cellules. Elle sera libérée au besoin lors de phénomènes tels que les réactions allergiques.

Elle intervient aussi dans le maintien d’une bonne acidité de l’estomac, indispensable à une bonne digestion.

L’histamine peut être produite par certaines bactéries, et elle peut également être apportée par des aliments ou libérée lors de la digestion.

On en trouve principalement dans les aliments fermentés comme les fromages, les poissons fumés, la charcuterie, ou certains légumes comme les tomates, les épinards ou les aubergines.

Qu’est-ce-que l’intolérance à l’histamine ?

Dans certains cas, le métabolisme de l’histamine est perturbé, et des problèmes peuvent survenir, en particulier des phénomènes d’intolérance ou de sensibilité.

L’intolérance à l’histamine peut être définie comme un dysfonctionnement ou une perturbation qui fait que l’histamine est présente en trop grande quantité et qu’elle s’accumule dans le plasma, ce qui conduit à l’apparition de différents symptômes.

L’histamine est normalement en partie stockée dans les cellules, comme nous l’avons dit plus haut, et en partie transformée en une autre substance lors de la digestion grâce notamment à l’enzyme DAO.

Quand on a une intolérance à l’histamine, la capacité de dégradation de l’histamine par la DAO est réduite, et comme cette dégradation se fait mal, l’histamine va être présente en trop grande quantité dans l’organisme.

On a alors un phénomène d’intolérance, avec divers effets secondaires et différents symptômes, que l’on pourrait aussi considérer comme une pseudo-allergie.

On aura souvent, avec un niveau d’histamine trop élevé, des intolérances à différents aliments qui vont apparaitre sur un test d’intolérance IgG.

Quelles sont les causes d’une intolérance à l’histamine ?

Il existe plusieurs causes possibles à une intolérance à l’histamine.

1) Une quantité insuffisante de DAO, l’enzyme qui dégrade l’histamine

La DAO, l’enzyme qui transforme l’histamine, est présente surtout au niveau des microvillosités des cellules de la paroi de l’intestin grêle.

Dans quels cas va-t-on avoir une quantité réduite ou insuffisante de cette enzyme ?

Dans les cas de maladie cœliaque, de certains troubles fonctionnels intestinaux, de SIBO, de dysbiose, de syndrome d’intestin irritable ou de certains problèmes biliaires, la quantité de DAO peut devenir insuffisante.

2) Une carence ou un manque de certaines vitamines ou de certains minéraux

Les vitamines B6, B12, B9, B1 et C ainsi que le magnésium et le cuivre sont indispensables au fonctionnement optimal de l’enzyme DAO, et à une bonne dégradation de l’histamine, pour ne pas qu’elle s’accumule.

Or, dans certains cas de troubles fonctionnels intestinaux, de perméabilité intestinale, de colopathie fonctionnelle ou de MICI (maladies inflammatoires chroniques de l’intestin), on peut avoir un manque de ces vitamines et minéraux.

3) Une inhibition de l’enzyme DAO

Les substances et phénomènes suivants peuvent venir inhiber la DAO, ce qui veut dire que cela empêche son fonctionnement et donc que cela empêche une bonne dégradation de l’histamine :

  • l’alcool,
  • certains médicaments : Metformine, aspirine, certains analgésiques, antihypertenseurs, myorelaxants, antiarythmiques, diurétiques, antiasthmatiques, antidépresseurs et tranquillisants,
  • l’inflammation intestinale,
  • le vieillissement

Quels sont les symptômes de l’intolérance à l’histamine ?

En cas d’intolérance à l’histamine, nous pouvons avoir un ou plusieurs des symptômes de la liste suivante. Les plus courants sont les symptômes digestifs et les symptômes en lien avec le système nerveux central.

Attention, le fait d’avoir des symptômes parmi ceux listés ci-dessous ne veut bien sûr pas dire que vous avez une intolérance à l’histamine. Il faut considérer l’ensemble de vos symptômes, et consulter un médecin pour obtenir un diagnostic.

  • Symptômes digestifs : reflux, gaz, maux d’estomac, diarrhées, douleurs abdominales
  • Symptômes en lien avec le système nerveux central : maux de tête, migraines, nausées, vomissements, bouffées de chaleur, malaises, vertiges
  • Symptômes cardio-vasculaires : tachycardie, arythmie, problèmes de tension
  • Symptômes respiratoires : bronchoconstriction, mucus, rhinite, congestion nasale, éternuements
  • Symptômes cutanés : démangeaisons, urticaire

Quel est le traitement de l’intolérance à l’histamine ?

Nous allons avoir un traitement qui permet de réduire l’impact des causes ou de supprimer les causes.

On va tout d’abord diminuer les substances irritantes pour l’intestin :

  • réduction des quantités d’aliments riches en histamine,
  • éviction temporaire des aliments comme le gluten ou les produits laitiers afin de réduire les sensibilités et intolérances alimentaires,
  • rééquilibrage du microbiote via des probiotiques ou des plantes.

Nous allons ensuite optimiser la transformation de l’histamine par l’enzyme DAO, afin qu’elle ne s’accumule pas autant et que l’intolérance diminue ou disparaisse :

  • réduction des inhibiteurs de la DAO : supprimer l’alcool, réduire les doses de certains médicaments avec le médecin quand c’est possible
  • optimisation des apports de vitamines et minéraux qui participent au métabolisme de l’histamine via l’alimentation ou via des compléments alimentaires adaptés
  • supplémentation appropriée en DAO (il existe des compléments de cette enzyme).

Pour savoir que manger en cas d’intolérance à l’histamine, je vous invite à lire mon article : Intolérance à l’histamine : que manger ?

Je vous offre maintenant une semaine de menus pauvres en histamine ; vous les recevrez par email en vous abonnant à mon infolettre ci-dessous.

1 semaine de menus pauvres en histamine

Abonnez-vous à mon infolettre et recevez ces menus en cadeau.
Vous recevrez aussi des conseils nutrition santé exclusifs que je ne partage pas sur ce blog.

Vos données personnelles sont collectées, utilisées et traitées conformément à notre Politique de confidentialité.

Pin It on Pinterest

Share This