Rectocolite hémorragique et maladie de Crohn : l’alimentation à votre secours

Abonnez-vous à la newsletter et recevez en cadeau :

Guide du régime pour RCH et maladie de Crohn
Vous recevrez aussi des conseils nutrition santé exclusifs que je ne partage pas sur ce blog.

Vos données personnelles sont collectées, utilisées et traitées conformément à notre Politique de confidentialité.

 

Je propose des consultations à distance par vidéo pour que vous puissiez adapter votre alimentation à votre situation personnelle et bénéficier d’un suivi.
 
Cliquez ici pour plus d’informations sur les consultations.

Introduction

Les MICI (Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin) regroupent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique (RCH), aussi appelée rectocolite ultra hémorragique (RCUH) ou colite ulcéreuse.

Elles se caractérisent toutes deux par une inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif : un segment de l’intestin grêle pour la maladie de Crohn (1), et le côlon et le rectum pour la rectocolite hémorragique (2).

Les deux maladies évoluent par poussées inflammatoires dont la durée et la fréquence sont très variables selon les personnes. Ces poussées alternent avec des périodes de rémission.

Les principaux symptômes des MICI sont des douleurs abdominales et des diarrhées.

Lors des poussées inflammatoires, les MICI se caractérisent le plus souvent par des douleurs abdominales, des diarrhées parfois sanglantes, ou une atteinte de la région anale (fissures anales, abcès) (3).

D’autres symptômes sont souvent présents : fatigue, anorexie, fièvre, manifestations extra-intestinales (douleurs articulaires, troubles au niveau du foie, problèmes cutanés ou oculaires) (3).

§ 1

La rectocolite hémorragique (RCH) ou colite ulcéreuse

La rectocolite hémorragique (RCH ou RCUH), aussi appelée colite ulcéreuse, est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin qui touche en partie ou en totalité les muqueuses du côlon et du rectum. Elle évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission.

Les signes cliniques principaux sont la diarrhée, des selles glaireuses, des saignements rectaux, et des douleurs abdominales (4).

Je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous, dans laquelle je vous montre quelle alimentation adopter en cas de RCH.

Nous verrons notamment en détail quels sont les 2 phénomènes principaux de la RCH, et quelles sont leurs conséquences, ainsi que les symptômes associés.

Ensuite je vous dirai quels sont les critères d’une alimentation qui va vous aider à avoir moins de symptômes, et notamment quel est le principe numéro 1 à respecter.

Nous parlerons du régime à adopter pour la RCH, en parlant de ses principes, et de ses résultats, sachant que ce régime a permis à de nombreux patients d’entrer en rémission symptomatique au bout de quelques mois à un an. Je vous donne aussi la liste des aliments inclus et exclus dans le régime.

Les principes du Régime de Glucides Spécifiques

Le Régime de Glucides Spécifiques (Specific Carbohydrate Diet ™) est basé sur le principe que des glucides spécifiquement sélectionnés, nécessitant un minimum de digestion, sont bien absorbés et ne laissent pratiquement aucune substance qui pourrait faire proliférer les bactéries dans l’intestin.

Au fur et à mesure que la population microbienne diminue en raison du manque de nourriture, ses sous-produits toxiques diminuent également, libérant ainsi la paroi intestinale de substances nocives. Les cellules productrices de mucus cessent alors de produire un excès de mucus pour se protéger, et la digestion des glucides est améliorée.

La malabsorption est alors remplacée par une meilleure absorption. Comme la personne absorbe alors mieux les nutriments, toutes les cellules du corps sont nourries correctement, y compris les cellules du système immunitaire, ce qui peut alors aider à surmonter la prolifération bactérienne.

Le Régime de Glucides Spécifiques a été testé cliniquement pendant plus de 50 ans par le Dr Haas et la biochimiste Elaine Gottschall, avec des résultats très convaincants : rémission symptomatique à 2-12 mois pour 42% à 92% des patients atteints de MICI (5).

§ 2

La maladie de Crohn

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin qui touche l’intestin grêle et/ou le côlon, avec parfois aussi l’estomac et l’œsophage. Elle évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission qui peuvent être plus ou moins longues.

Les principaux symptômes lors des crises sont les suivants : maux de ventre, diarrhées, selles contenant du sang, nausées, de vomissements et de perte d’appétit.

Parfois il y a aussi des symptômes de fatigue, anémie, dénutrition, perte de poids.

Je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous, dans laquelle je vous montre quelle alimentation adopter pour la maladie de Crohn.

Nous verrons que la maladie de Crohn peut provoquer une inflammation, un épaississement de la paroi du tube digestif, et également des lésions. En plus du traitement médical, l’alimentation adaptée peut aider à réduire l’inflammation, et doit aussi contribuer à rééquilibrer la flore intestinale.

Je vous explique donc quels sont les critères que doit respecter une alimentation qui va aider à avoir moins de symptômes, et notamment quel est le principe numéro 1 à respecter.

Nous parlerons du régime à adopter pour la maladie de Crohn, en parlant de ses principes, et de ses résultats, sachant que ce régime a permis à de nombreux patients d’entrer en rémission symptomatique au bout de quelques mois à un an.
Je vous donne aussi la liste des aliments inclus et exclus, sachant que le régime doit être adapté au cas par cas.

 
 
 

Abonnez-vous à la newsletter et recevez en cadeau :

Guide du régime pour RCH et maladie de Crohn
Vous recevrez aussi des conseils nutrition santé exclusifs que je ne partage pas sur ce blog.

Vos données personnelles sont collectées, utilisées et traitées conformément à notre Politique de confidentialité.